Les Centrales Villageoises

Les Centrales Villageoises

Aujourd’hui, nous souhaitons vous parler d’un projet qui nous tient particulièrement à coeur puisqu’il porte sur l’énergie renouvelable. Pour tout vous dire on l’a trouvé particulièrement … brillant ! Rassurez-vous, nous n’allons pas faire durer le suspens. Alors parlons des Centrales Villageoises Photovoltaïques!

Les Centrales Villageoises Photovoltaïques, c’est quoi?

villages et panneaux solaires

Les Centrales Villageoises sont des sociétés locales qui ont pour but de développer les énergies renouvelables sur un territoire, en associant citoyens, collectivités et entreprises locales. Leur projet ? Louer les toitures des particuliers et des bâtiments communaux, afin d’y installer des panneaux photovoltaïques et produire de l’électricité verte.

La démarche consiste, dans un premier temps, à instaurer un dialogue de confiance avec les citoyens. Un projet privé-public ne doit pas effrayer et décourager les foules. Celui-ci se fonde sur la transparence de son déroulement. Les ressources produites vont permettre l’essor et l’indépendance énergétique de la ville. Les bénéfices générés vont, eux, permettre de mettre en place des actions de sensibilisation et de créer de nouveaux projets locaux. Ils seront aussi redistribués auprès des sociétaires. Pour garantir un déroulement optimal et prouver la crédibilité de cette opération, ce sont de véritables professionnels qualifiés et locaux qui l’encadrent. Ainsi les ressources produites génèrent réellement des retombées économiques locales.

La coopérative se rémunère grâce à la vente de l’électricité produite au fournisseur d’électricité, selon les tarifs d’achat fixés et garantis par L’État, sur 20 ans. Elle est gouvernée de manière transparente et démocratique, une personne est égale à une voix.
Ce projet d’appropriation de l’énergie se veut ouvert au plus grand nombre avec une entrée en participation modérée, le montant des parts sociales est de 50 €.

Ce qui fait l’originalité de ce type de projet, ce sont ses avantages: le respect du paysage et de l’environnement de la région, le partage équitable de la totalité des richesses créées, et la contribution au développement local.

La commune des Haies l’a fait !

Tout a commencé en 2002, lorsque cette petite commune d’environ 900 habitants a décidé de s’unir autour la solidarité, la responsabilité et l’écologie. Deux ans plus tard, les décisions sont votées à l’unanimité et permettent au conseil de gestion de finaliser le projet.

Aujourd’hui, les résultats sont là! Huit bâtiments sont équipés de panneaux photovoltaïques, quatre d’entres eux sont des bâtiments publics et les quatre autres privés. Au total ils représentent une surface de 523 m2 de toiture, pour une puissance de 76 kWc.

Origo joue à 1,2,3 soleil !

Lyon et panneaux solaires

Credit photo: Thierry Fournier

Mais la région lyonnaise n’a pas finit de vous surprendre! Lancée par l’association « Toit en Transition », et soutenue, entre autres, par Origo, la société coopérative « Un deux toits soleil » s’installe sur nos toits. L’objectif est de gérer et revendre l’énergie produite aux fournisseurs d’électricité, en réalisant des installations de production d’énergie solaire sur la Métropole de Lyon, afin de fournir une énergie renouvelable de façon démocratique et transparente,

Issue d’une initiative citoyenne, le financement de cette campagne est réalisé par les habitants de la ville, qui deviennent dès lors des acteurs de la transition énergétique.

Dans les grandes villes, les avantages de l’électricité verte ne doivent pas être sous-estimés. C’est pour cette raison que les écoles Pasteur à Grigny, Paul Langevin à Pierre-Bénite, Léon Jouhaux à Villeurbanne et l’école Ferdinand Buisson à Bron, mais aussi la MJC de Sainte Foy Lès Lyon ont déjà équipé leurs toitures de panneaux solaires.

Aujourd’hui, la campagne a récolté 97 650 euros, 97% de l’objectif est atteint, et on compte 174 contributeurs.

Une belle leçon de dévouement de la part de nos amis de la région Rhône Alpes ! De quoi encourager les plus réticents aux associations entre citoyens et État, et les pessimistes de l’électricité verte. Rien ne résiste à la force de la volonté, car quand on veut, on peut ! Alors, à qui le tour ?


Emma Kakon

Elle vous en fera voir des vertes et des pas mûres !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.